Témoignage de Nicklebleu, Docteur en médecine, membre du forum Cassiopaea

Laura Knight-Jadczyk, son mari Arkadiusz et l’équipe réunie autour de l’expérience cassiopéenne ont récemment été critiqués sur Internet et qualifiés de « secte ».

Pour commencer, c’est une vieille méthode, utilisée (pour ce que j’en sais) pour la première fois par Karl Marx pour discréditer ses adversaires politiques : « Sektierer » (qu’on peut traduire par « membre d’une secte » mais avec une connotation très négative). Il cataloguait ainsi tous ceux qui critiquaient ses théories et ses divagations psychopathiques.

Dans les années 80, cette méthode fut utilisée principalement par les cercles gauchistes pour discréditer les individus et groupes conservateurs – j’ai une expérience directe de cela, je la décrirai en détail plus bas.

Je suis né en 1961 dans une famille suisse très conservatrice, où le père était la figure dominante. Mon père était politiquement actif dans la communauté et très dévoué à son travail, alors je ne le voyais beaucoup vu lorsque j’étais petit. Il est mort lors d’une excursion en montagne quand j’avais seize ans.

La période qui s’ensuivit fut très difficile pour tout le reste de la famille (ma mère et mes deux sœurs). Mes sœurs prenaient des drogues et, quant à moi, je faillis être renvoyé de l’école en raison de mauvaises notes. Avec l’aide des autorités scolaires, des professeurs, des amis et des psychologue, nous avons finalement pu nous en sortir sans trop de séquelles ; ma sœur cadette et moi-même avons fait médecine et ma plus jeune sœur travaille aujourd’hui pour une grosse compagnie d’assurance.

J’ai toujours été un lecteur vorace, depuis mon plus jeune âge – je ne me comprenais pas moi-même ni les autres gens, ni le monde qui m’entourait. J’étais très timide, surtout avec les filles, mais j’ai toujours été respecté pour ma vivacité d’esprit et mes « connaissances » étendues. Lors de ma première année en fac de médecine, j’ai fini par rechercher l’aide de psychologues pour y voir clair dans mes problèmes. S’en est suivi une longue et intense psychothérapie basée sur les travaux d’Alfred Adler, également réputé pour son travail en thérapie des profondeurs. Cela m’a ouvert de nouveaux horizons et je me suis dit que j’avais enfin trouvé les outils pour comprendre – du moins un petit peu – le fonctionnement humain.

Les personnes qui proposaient les services de psychologues formaient une sorte d’organisation, qui avait été fondée par un ancien élève d’Adler du nom de Friedrich Liebling. Lorsqu’il est mort au début des années 80, Adler a laissé l’un de ces psychologues à la tête de ce groupe. Petit à petit, ce groupe a subi une lente transition, passant d’un groupe ouvert, où les désaccords et les discussions étaient non seulement tolérées mais ouvertement encouragées, à un groupe prônant un système de croyances de plus en plus monolithique. Il y avait une hiérarchie tacite à la tête de laquelle se trouvait une directrice qui vous offrait des louanges si vous faisiez ce qu’on attendait de vous, et sermonnait ou excluait ceux qui ne suivaient pas la ligne.

Au début des années 90, le groupe a dérivé de plus en plus vers l’extrême droite. Il est également devenu actif dans les campagnes contre la légalisation des drogues et contre le SIDA. À la même époque, le groupe a également commencé à être attaqué de façon très virulente dans les médias, qui ont commencé à le traiter de « secte », principalement parce qu’il allait à l’encontre de la ligne gauchiste dominante. Tandis qu’il y avait très certainement des éléments susceptibles de qualifier ce groupe de secte (comme le sentiment « d’avoir raison et que tous les autres ont tort », l’absence de discussions ouvertes et une structure fortement hiérarchique), il n’y avait néanmoins aucune pression pour rester dans le groupe. J’ai finalement quitté ce groupe vers la fin des années 90 et ai migré en Australie.

En rétrospective, je dois dire que j’ai beaucoup appris de ce groupe : non seulement cette expérience m’a ouvert les yeux sur les machinations politiques et l’injustice dans notre monde, mais cela m’a aussi aidé à régler de nombreux problèmes et manques personnels qui m’empêchaient de mener une vie indépendante et épanouissante.

Et puis le 11/9 est arrivé, et ce fut la première fois où j’eus l’impression de percevoir un pouvoir occulte qui façonnait notre monde, pouvoir que je n’avais pas perçu auparavant. Ce fut mon premier aperçu de « L’homme derrière le rideau ». Alors fermement ancré dans l’ère Internet, j’ai écumé le Web à la recherche d’informations qui n’étaient souvent disponibles nulle part ailleurs – quel manne ! Mais en même temps j’ai aussi réalisé qu’il fallait prendre toutes ces informations avec des pincettes, car il était clair que beaucoup d’informations postées sur le Net venaient de personnes ayant des objectifs très divergents.

J’ai aussi commencé à faire des recherches sur la nutrition – et c’est comme ça que j’ai finalement découvert SOTT. Je suis littéralement « tombé » dessus – avec « l’aide » d’un moteur de recherche, qui vous présente des sites au hasard selon vos intérêts. Et j’ai dû tomber deux fois sur ce lien au hasard avant de finalement cliquer dessus.

J’ai été immédiatement captivé et ai lu la série L’Onde en ligne. Ni une ni deux, j’ai aussi commandé les ouvrages papier. Quel nouveau monde s’offrait à mes yeux ! Laura était une chercheuse de vérité intrépide, mais aussi une personne possédant des connaissances incroyables, un don pour recouper les informations – et un grand sens de l’humour.

Au début j’étais un peu sceptique par rapport au fait qu’elle semblait obtenir certaines informations de sources « channelisées » – des C’s, comme elle les appelait. J’étais fermement ancré dans la pensée newtonnienne-cartésienne, suspicieux vis-à-vis de tout cet univers New Age fait de cristaux, d’homéopathie et de « spiritualité », mais l’étendue des informations ainsi que la nature poétique et humoristique des transmissions m’ont conduit à avoir un regard neuf sur les C’s. Et leurs antécédents étaient tout à fait impressionnants.

Découvrir SOTT a véritablement changé ma vie – je participe au forum et au groupe de traduction depuis le début 2008. J’en ai plus appris sur la vie et  notre planète, la nutrition, la santé, la psychopathie, l’Histoire, l’archéologie, la science et nos futurs probables qu’au cours des 40 années précédentes. Non seulement cela, mais j’en suis venu à la réalisation que 95% des choses que je croyais être vraies étaient en fait des mensonges et de la propagande. Laura et son équipe ont véritablement « ouvert mes yeux et mon cœur ». Tandis que je suis souvent désespéré par toute la négativité, la cruauté et les nuages sombres qui s’accumulent sur notre monde, Laura et les C’s m’ont offert une nouvelle perspective. Tout ce qui arrive arrive pour une raison : c’est une leçon, qui nous permet à tous d’apprendre et de grandir. Nous ne sommes pas dans un univers froid et impersonnel et les malheurs qui nous tombent dessus, nous les êtres humains, ne sont pas simplement dus hasard. Cette seule réalisation m’a ouvert de nouveaux horizons et m’a donné de l’espoir pour notre avenir – aussi sombre qu’il puisse paraître aujourd’hui.

Ayant passé plus de 10 ans dans un environnement sectaire, je sais à quoi ça ressemble et je sais « ce que ça fait ». Attribuer des comportements et des structures « sectaires » à Laura et son équipe est de la folie pure – en fait, je suppose que ces attaques sont dirigées avec la même précision psychopathique tordue contre les forces mêmes qui pourraient s’opposer aux psychopathes – exactement comme cela est arrivé à cet autre groupe dont je faisais partie.

Je ne peux qu’encourager chacun à regarder de ses propres yeux et à ressentir avec son propre cœur. Après tout, il suffit de suivre la devise de Laura : « Ne croyez rien – pensez par vous-même ! »

Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *