Témoignage de Daniel S. – BA, Marketing Administration

J’ai découvert les travaux de Laura Knight-Jadczyk en 2008, lorsqu’un ami m’a mentionné, en passant, la série L’Onde. Je m’intéressais au paranormal et au phénomène OVNI depuis longtemps, alors lorsque cet ami a évoqué cette série, cela a piqué ma curiosité. Au fond de moi, je voulais vraiment savoir ce qui se passait en coulisse sur la planète Terre.

Lorsque j’ai commencé à lire L’Onde, j’ai réalisé que j’avais affaire à un auteur qui présentait son travail d’une façon très différente de la plupart des autres auteurs. En lisant, j’avais la nette impression que Laura examinait ces phénomènes selon une perspective très ouverte mais néanmoins scientifique. Son style me donnait l’impression qu’elle apprenait, cheminait en même temps que le lecteur. La série évoluait à mesure qu’elle s’écrivait, chose que je n’avais encore jamais vu auparavant. C’était comme participer à une fascinante séance de brainstorming d’où émergeaient toutes sortes de concepts.

J’avais commencé à lire cette série en raison de mon intérêt pour le paranormal, mais en chemin, j’ai découvert qu’elle explorait beaucoup d’autres sujets. Elle fouillait dans l’Histoire, la spiritualité, la psychologie et la science. Elle explorait tout un tas de théories du « complot », discernant les canulars de ce qui semblait fondé sur la vérité, assemblant le tout de façon claire et compréhensible. En plongeant en profondeur dans les sujets liés à la spiritualité, Laura ravivait ma soif de compréhension et de satisfaction spirituelle, à une période de ma vie où j’envisageais de fermer à nouveau les yeux sur la réalité. C’était incroyable de voir toutes ces pièces d’un puzzle dont j’ignorais jusque-là l’existence assemblées là sous mes yeux ! Dès lors, la question pour moi n’était plus d’essayer de croire ou non à ce que je lisais, mais plutôt de savoir quoi faire de ces informations et comment les intégrer à ma vie.

Heureusement, Laura a créé un forum/réseau où les gens peuvent se rencontrer pour parler des problèmes soulevés par l’effondrement des illusions que chacun entretient à propos de la vie et de soi-même ; un endroit où discuter et partager entre nous nos expériences et impressions, où cultiver notre propre capacité à nous voir et nous comprendre nous-même et le monde qui nous entoure, où apprendre à faire face à la situation souvent terrible sur notre planète.

Alors, cela me sidère que certaines personnes puissent assimiler ce type d’activité à une secte. Honnêtement, du point de vue de quelqu’un qui a rédigé pour l’école une synthèse comparant les religions organisées à des sectes et qui s’en est sorti avec un B+ alors même que mon professeur était un fervent catholique, je me considère un peu comme un expert sur le sujet 😉 J’attends toujours de voir un quelconque aspect sectaire – même vague – dans notre groupe de travail. Laura n’encourage jamais les adeptes de type zombie, les systèmes de croyances dogmatiques, les structures hiérachiques ou les « kool-aids ». En fait, le groupe rejette tous ces types de comportements – comportements qui, en passant, caractérisent déjà la majorité des gens. Laura nous encourage à penser par nous-mêmes, à lire, à nous développer, tout cela à l’opposé de ce qu’un leader de secte requerrait de ses adeptes, parce qu’une telle approche encouragerait l’individualisme et la libre pensée, ce qui compromettrait une structure hiérarchique dont se servent les leaders – via la peur, l’intimidation et l’ignorance – pour garder leurs sous-fifres sous leur emprise.

Et je pense que c’est la raison pour laquelle il existe des sites et des individus comme Vincent Bridges et Jay Weidner dont le but est d’attaquer spécifiquement Laura et de l’étiqueter comme secte. En tant qu’êtres humains, nous n’aimons pas affronter la réalité des choses, car cela exige que nous nous regardions en face sans concession,  et lorsque ces illusions que nous avons sur nous-même et le monde qui nous entoure commencent à s’effondrer, ce que nous voyons dans le miroir peut nous effrayer. Si nous ne sommes pas pleinement capables (ou si nous sommes complètement incapables) d’affronter les problèmes soulevés par la présentation de certaines informations, nous projetons souvent notre propre colère et peur internes sur la personne qui présente ces informations ; « attaquer le messager » est un scénario classique – bien que dans le cas des deux individus mentionnés plus haut (Bridges et Weidner), leurs intentions et leurs actes ont manifestement quelque chose de plus insidieux, quand on considère cette campagne de diffamation contre le travail de Laura qu’ils mènent depuis des années.

J’écris ce texte parce que je soutiens Laura Knight-Jadczyk. Son travail est d’une grande aide aux gens qui se sentent en désaccord avec le monde qui les entoure. C’est une pionnière qui offre une réévaluation – cruellement nécessaire – de pratiquement toutes nos connaissances actuelles. Et le plus important, c’est quelqu’un qui trouve des réponses qui nous aident à naviguer dans la vie avec une impression de but, un sentiment de compréhension et d’espoir pour le futur.

En conclusion, j’encourage sincèrement les gens qui lisent ce témoignage et qui sont le cul entre deux chaises concernant l’expérience cassiopéenne ou Laura Knight-Jadczyk de passer au moins un peu de temps à lire son travail et de décider quoi en penser par eux-mêmes, plutôt que d’écouter les opinions de personnes à la crédibilité et aux principes plus que douteux.

Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.