Témoignage d’I. Martin, Ph.D

J’ai découvert le travail de Laura Knight-Jadczyk en 1998 ; j’étais enceinte alors, et j’avais des problèmes avec ma sœur, qui manifestait un comportement étrange et autodestructeur. Les médecins n’arrivaient pas à se décider sur un diagnostic, alors son thérapeute a suggéré l’hypnothérapie. Je ne savais pas grand-chose sur le sujet à l’époque, alors j’ai fait une recherche et le nom de Laura est sorti. Je lui ai envoyé un e-mail, auquel elle a rapidement répondu pour m’informer qu’elle ne pratiquait plus. Elle m’a été d’une grande aide, me donnant des informations qui m’ont permis d’obtenir auprès de l’hôpital local l’aide médicale nécessaire pour ma sœur.

J’ai plus tard rejoint son groupe de discussion en ligne, qui pour moi était à l’origine une sorte de groupe de soutien. À l’époque, c’est là que j’ai évacué mon stress dû à ma grossesse et à mes problèmes avec un mari abusif. Grâce à ce soutien émotionnel, j’ai pu acquérir la confiance nécessaire pour mettre fin à cette relation abusive.

Son petit groupe de soutien est devenu un lieu de discussion et d’apprentissage portant sur divers domaines de recherche. Les informations étaient disponibles à ceux qui choisissent d’explorer les sujets analysés dans les écrits des Jadczyk. Le soutien dont j’ai bénéficié dans ce groupe a contribué aux nombreux changements positifs que j’ai fait dans ma vie, et les gens qui me connaissent peuvent en attester.

Au fil des ans, quelques personnes ont fait des affirmations sur les Jadczyk que je sais fausses. L’une de ces informations est l’idée selon laquelle ceux qui choisissent de participer aux divers groupes de discussion et de recherche ou qui sont intéressés par les écrits des Jadczyk sont dans une secte. Rien n’est plus éloigné de la vérité.

Si j’étais dans une secte, je n’aurais pas repris mes études en vue d’obtenir un doctorat, après avoir mis fin à une relation qui m’avait laissée endettée – entre autres choses. J’ai étudié une branche de la psychologie qui m’a permis de mieux comprendre la maladie de ma sœur, afin de pouvoir travailler avec ses médecins pour m’assurer qu’elle obtenait les soins appropriés. Je n’aurais pas non plus été à même de faire cela tout en m’occupant en parallèle d’un de mes proches victime de la maladie d’Alzheimer, en élevant ma fille, et en faisant mes propres choix.

Si j’étais dans une secte, j’aurais tout fait en fonction de la secte. La réalité, c’est que je vis ma vie de la façon que j’ai choisie.

Suis-je d’accord avec nombre des idées présentées par les Jadczyk et les groupes associés ? Oui, en particulier lorsque je découvre des éléments qui viennent corroborer ces idées et que je les analyse de mon côté, comme je le fais toujours. Est-ce que j’accepte tout aveuglément ? Non. Est-ce que participe toujours aux forums ? Oui. J’imagine que si j’étais dans une secte, on ne m’accorderait aucune liberté de pensée et d’action, au vu de ce que j’ai lu sur les sectes dans le cadre de mes études.

Pour moi, les aspects les plus bénéfiques des travaux présentés par les Jadczyk sont les nombreuses discussions sur la santé et le bien-être, et sur l’Histoire évolutionnaire de notre espèce. Puisque je gagne aujourd’hui ma vie en faisant de la recherche scientifique, je sais que beaucoup de temps et d’efforts sont consacrés par les Jadczyk à la collecte et au partage d’informations. Certaines informations m’ont personnellement aidée à gérer des problèmes très sensibles et très anciens, et je n’aurais probablement pas trouvé toutes ces informations en une seule fois si Laura n’avait pas pris le temps de les rassembler et de les partager gratuitement.

Mon expérience avec Laura, Ark et l’équipe de recherche a été en tous points positive. D’ailleurs, en échange, lorsque mon emploi du temps le permet, je participe aux groupes et j’aide quand je le peux. Quand je peux me le permettre, je fais aussi de petits dons, comme je le fais pour d’autres associations caritatives tel que le public broadcasting service (PBS). Personne ne prétend que je suis dans une secte parce que je suis membre donateur du PBS ou de mon musée local, ou parce que je poste des commentaires sur d’autres groupes de discussion.

Dans le cadre de mes activités au sein de la communauté locale, j’enseigne occasionnellement le programme de réduction du stress que Laura Knight-Jadczyk a développé avec le Dr Gabriela Segura. Il se trouve que cela correspond à mon domaine d’expertise professionnelle, et ce programme m’a été très bénéfique ainsi qu’à ceux à qui je l’enseigne.

Je sais qu’il y a beaucoup de groupes de soutien, de recherche, de loisirs, etc. sur Internet, au sein desquels il arrive que des membres se rencontrent en personne. J’appartiens à d’autres groupes à côté de ceux gérés par les Jadczyk. La participation à des groupes Internet a permis à certaines personnes, tout comme à moi, d’améliorer leur vie de famille grâce à ce qu’elles ont appris au sein des groupes qu’elles ont choisis. Certains membres peuvent divorcer à cause de certaines prises de conscience, certains se marient ou montent des projets professionnels, mais la plupart continuent simplement à vivre leur vie, qui inclut la participation à un groupe Internet. Les groupes créés par les Jadczyk ne sont en rien différents. Je ne  comprends pas comment certains individus peuvent arriver à y voir autre chose. Pour moi, soit ils souffrent de troubles psychologiques, soit ils ont un objectif caché. Mon expérience avec les Jadczyk et les groupes associés ne ressemble en rien à ce qui est décrit par ceux qui cherchent à discréditer leur travail.

Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.