Nouveaux délires pathologiques de « Jean »

Après avoir publié la confession de Jean (qui montre de façon « pour le moins » crue son paysage intérieur aberrant), je suis encore à ce jour confrontée à ses tentatives d’intimidation – qui me visent personnellement ainsi que mes amis (Laura, sa famille). Le but étant de miner ma confiance en moi et ma liberté de choix – un de ces choix étant de démarrer une nouvelle vie sans lui. C’est une sacrée leçon de vie, une leçon qui j’espère aidera les lecteurs à approfondir leurs connaissances concernant la nature intrinsèquement pathologique de certaines personnes, et la façon dont leurs agissements peuvent affecter chacun d’entre nous.

J’ai reproduit ci-dessous son dernier email, auquel je vais répondre point par point. Comme d’habitude, je partage ces données de façon anonyme, en supprimant toute référence personnelle, etc., car mon but n’est pas de lui rendre la vie plus difficile, mais de donner aux lecteurs l’opportunité de déchiffrer le langage et le fonctionnement pathologiques. Ces données, prises dans la vie réelle, offrent une véritable occasion d’apprentissage. C’est aussi un bon exercice pour moi, car devoir examiner ses délires avec la distance critique nécessaire à l’analyse objective – les examiner de façon « clinique » et ensuite partager mes commentaires – soulage quelque peu l’angoisse et l’appréhension d’avoir à supporter ses menaces et tentatives d’intimidation sans personne d’autre pour témoigner de sa logique tordue.

Maintenant, si c’est à moi de réfléchir comment m’y prendre.
Il y a ici de quoi alimenter plusieurs chefs d’accusation : [contre LKJ et sa famille]
– diffamation publique [en référence à la publication de mon témoignage et de sa confession]

Il ne s’agit pas de diffamation publique, puisque des pseudonymes ont été utilisés – en dépit du fait que plus d’une personne dans l’entourage de Jean gagnerait à être informé de son comportement indécent, prédateur et déshumanisé. Le texte est authentique, ce sont ses propres mots – ce qu’il ne nie pas. Comme il  m’avait écrit lui-même à l’époque :

Au fait, tant que j’y pense, lors du formatage de ma machine j’ai oublié de sauvegarder le vomitif en 20 feuillets que je t’ai fait parvenir.
Tu es donc la seule a avoir en ta possession l’UNIQUE document. Je pense que c’est pas inutile que tu sois au courant. A toi de juger !

Apparemment, il avait oublié qu’il avait sauvegardé une version brouillon de ce « document », dans un brouillon d’email, avec tous les identifiants intacts.

La suite :

–abus de pouvoir

Les responsables de Sott/Cass. se font persécuter par la Police en raison de ses mensonges, et depuis plus d’un an, je vis dans l’angoisse et le stress constants simplement parce qu’il est incapable d’accepter que, un jour, j’aie pris la décision de démarrer une nouvelle vie sans lui, après des années de ce que l’on pourrait pudiquement qualifier de violence psychologique de la part d’un esprit pathologique dépourvu de la moindre considération pour mon bien-être et celui des autres. Comme abus de pouvoir, il se pose là.

Peut-être que le seul « abus de pouvoir », c’est quand quelqu’un croit que les autres sont sa propriété, qu’ils sont des objets dont on peut disposer plutôt que des êtres humains libres de décider s’ils veulent continuer leur vie seuls, sans interférence. Est-ce si difficile à comprendre ? Est-ce si difficile pour lui de commencer une nouvelle vie sans ressentir le besoin de miner la confiance en soi et la liberté individuelle de la personne qu’il professait « aimer » ?

–obstacle au droit de réponse

Le droit de réponse a toujours été accordé à Jean – comme à n’importe quel utilisateur qui s’enregistrerait sur ce blog ou sur Sott.net  pour y laisser un commentaire. D’ailleurs, il serait intéressant de voir ce qu’il va nous pondre (s’il décide de mettre en pratique son « droit de réponse »). Il est facile de harceler, mentir et manipuler une proie isolée, mais beaucoup moins facile de le faire dans un lieu public, avec de nombreux témoins qui ne manqueront sans doute pas de souligner l’insanité de son « raisonnement ».

intimidation par contrainte

Mais bien sûr.

Je peux citer nombre d’exemples « d’intimidation par contrainte » de la part de cet homme. Par exemple, ce morceau d’anthologie qu’il m’a envoyé (avant que ne publie mon témoignage) après un « débat » sur l’alimentation des enfants (pour info, Jean m’accuse de leur imposer des « restrictions ». Pour lui, une « restriction » c’est quand on se pose des questions sur certains aliments mauvais pour la santé, comme, au hasard, le lait de vache nourries aux tourteaux OGM et le sucre. (Au fait, quand Jean vivait avec nous, il était le premier à dire que le lait de vache était néfaste pour la santé… ah, ces éternels changements de masque).)

Bref, dans cet extrait, Jean menace de révéler la « vérité » sur moi à mes amis et ma famille si je refusais de lui parler (traduction : si je refusais de la fermer, de l’écouter et de hocher la tête à la moindre de ses insanités, insanités qui témoignent d’ailleurs d’une ignorance abyssale concernant la santé et l’alimentation – mais nous y viendrons plus tard, restez à l’écoute) :

Si tu acceptes de discuter, de ne pas esquiver les sujets, alors nous pouvons avancer. Sinon je serait dans l’obligation d’exposer la vérité, la trop mal utilisée vérité, à tous ceux qui ont cru te soutenir pour de bonnes raisons, alors que tu n’as fait que mentir, à tous, à toi-même, aux enfants, et à moi.

La dernière phrase est particulièrement éclairante, en termes d’intimidation, de distorsion et de projection. Gardons à l’esprit que le tissu d’âneries ci-dessus et les accusations de « mensonges » viennent d’un homme qui a comploté derrière mon dos avec sa « bonne amie » et confidente afin de me « piéger », qui a hacké et espionné ma boîte email, qui a volé toutes les données de mon disque dur, qui a téléphoné à ma mère et à une de mes amies derrière mon dos, qui est allé à la police pour rapporter que j’étais dans une « secte », etc. etc., et qui un jour a écrit ça à propos de moi :

Jean : (…) Tout ce que je souhaite c’est avoir les canines assez affutées pour la mordre…

Argh, je voudrai lui injecté un poison, pour qu’elle me supplie ensuite.

Non mais, elle vraiment beaucoup plus abrutie que je ne le croyait.

(…) le piège absolu serait, on prévoit d’aller tout les trois faire telle visite et en fait tu te désistes…

Amie : pas de problème pour moi mais tu ne pourras pas le faire 2 fois à la suite, elle n’est pas bête….:)

Jean : Si, si elle est très bête… Naïve, comme je la connait, elle pensera jamais que nous ne parlons que d’elle, et que l’on fait des messes basses… Dans son esprit, des gens qui discutent entre eux c’est forcément qu’ils se draguent, donc : normal pour la première question qu’elle t’as posée. Elle est pas d’équerre je te le rappelle…

Mais il ne montre pas la moindre honte, pas le moindre remords suite au dévoilement d’une telle laideur intérieure. Non ! Au lieu de ça, il accuse les autres des choses mêmes dont il s’est rendu coupable pendant quasiment toute sa vie.

Je pense que son mode de fonctionnement est si profondément pathologique qu’il n’est même pas capable ne serait-ce que d’imaginer d’autre façons d’être ou de fonctionner en dehors des siennes. D’autres façons qui n’incluent pas la coercition, le contrôle, le mensonge, les manœuvres… encore une fois, il projette sur les autres ce qu’il est à l’intérieur. Classique.

– Atteinte aux droits d’auteurs

Il serait intéressant de voir l’ami Jean lancer une action en justice pour défendre comme propriété intellectuelle une description d’actes écœurants dépourvus de la moindre humanité ou décence morale.

Et puis, rappelons ce léger détail :

Au fait, tant que j’y pense, lors du formatage de ma machine j’ai oublié de sauvegarder le vomitif en 20 feuillets que je t’ai fait parvenir.
Tu es donc la seule a avoir en ta possession l’UNIQUE document. Je pense que c’est pas inutile que tu sois au courant. A toi de juger !

Les méthodes de propagande noire digne de la stasi sont bien connues dans les milieux sectaires :
http://www.anti-scientologie.ch/definitions.htm#Propagande noire

Je me suis informé, moi.

Passons sur la puérilité de la dernière remarque – niveau bac à sable.

Il semble oublier que ce que décrit son lien définit à merveille son propre comportement :

Le fait de répandre des affirmations, des déclarations, ou des idées destinées à détruire la réputation ou la confiance du public en des personnes, des sociétés ou des nations. C’est un outil habituel (…). noir : mauvais, qui abaisse La technique vise à rabaisser la réputation au point qu’on en arrive à dénier à la personne (…) tous ses droits, quels qu’ils soient, par une sorte d’accord général.

Ah bon ??? Et ce n’est pas EXACTEMENT ce qu’il fait depuis un an, en répandant ses mensonges sur moi, sur Laura et sa famille ?

– Chantage et manipulation émotionnelle
– Mise en doute de mon éthique et de mes choix personnels dès lors que ceux-ci ne correspondent plus à ses propres objectifs

– Hostilité quant à la possibilité que j’élargisse le cadre de mes relations, si ces dernières ne sont pas étroitement contrôlées et supervisées par lui.

J’ai fait le CHOIX de quitter un homme dont je subissais la violence psychologique – une violence que je subis encore à l’heure actuelle via ses tentatives de chantage et de menaces patentes. Par ses actions-mêmes, il prouve que tous les avertissement que m’ont donnés mes amis avant la séparation étaient totalement justifiés.

Voyez-vous, dans son esprit tordu, il ne peut y avoir de vie pour moi que sous son contrôle. Si mes choix ne correspondent pas à la façon dont, selon lui, je devrais me comporter ou mener ma vie, cela signifie que je suis contrôlée/influencée/manipulée.

Ce que tu ne comprends pas, c’est que ce qu’il se passe c’est exactement ce que je souhaitait.
Parfois la meilleure façon de faire est de ne pas jouer :)

Et c’est maintenant que le jeu commence. [You gotta play hardball, here]

Notez le ton provocateur, et à quel point il semble se délecter de ses petits jeux de manipulation, sans la moindre conscience du tort et de la souffrance que son harcèlement et ses mensonges nous causent à moi et à mes amis.

Zéro empathie, zéro capacité à avoir des remords, zéro capacité au doute et à la remise en question personnels.

La preuve ultime qu’il s’agit d’une secte destructive, la pire qui soit.
La preuve ultime qu’ils te manipulent et que tu fais exactement les pires infamies qu’ils exigent de toi.

Comment ils te contrôlent ?

Toi aussi tu as fait des confidences ? Tu as peur.

« Tu as peur »… on imagine les accents sadiques dans la voix, le sourire en coin et à la bave aux lèvres.

Effectivement, j’ai souvent eu « peur » au cours des années passées – peur de SON comportement, que parfois, lorsqu’il vivait encore ici, j’estimais friser la folie. Maintenant, je ne pense plus qu’il se contente de la « friser ».

Où sont ses preuves que je suis « manipulée » ? Quelles infamies ? Le fait de l’avoir quitté et exposé ce qu’il est vraiment (ne serait-ce que de façon anonyme) est certainement considéré comme une infamie par lui.

Jean semble littéralement incapable de comprendre ce que signifie l’amitié, l’affection mutuelle, la solidarité : pour lui, tout n’est qu’une question de jeu de pouvoir où il doit gagner à tout prix. Dans son monde de compétition et de contrôle extrême, il n’y a pas de place pour l’amitié loyale et le soutien mutuel entre êtres humains, et donc il nous blâme, mes amis et moi, pour les choses que lui-même fait – puisque pour lui, autoritarisme, contrôle et manipulation sont les seules options disponibles. Un paysage intérieur véritablement glaçant et flippant.

Toi aussi tu leur as donné des informations sur toi et tu n’aimerais pas que ce soit divulgué publiquement.
Sûr, il ne manquerait pas de les sortir si tu te dégageait d’eux.

ET ALORS!

Il n’arrivera jamais à accepter l’idée que je suis « peut-être » dotée d’un cerveau qui me permet de prendre des décisions par moi-même, que j’ai « peut-être » fait des choix qui sont les miens et que ces choix incluent de le virer de ma vie (le truc majeur qu’il ne peut digérer). Bien sûr, pour lui, cette décision ne peut être que la conséquence d’une emprise sectaire !! Dans son esprit, seul un « gourou » plus puissant que lui, avec de meilleures techniques de manipulation et de contrôle serait capable de « briser l’emprise » qu’il pensait avoir sur moi.

Bref, Jean affirme que « ils » (ah, ce fameux « ils » – mythique, inquiétant, nébuleux – conspirationniste, oserais-je dire ?) m’ont forcé à écrire et publier mon témoignage, et que si je m’étais « dégagée d’eux », ils auraient « révélé » tout sur moi, probablement dans une tentative de me « briser » – comme s’il y avait quoi que ce soit de « honteux » dans mon témoignage ou ma vie, si ce n’est beaucoup d’ignorance, d’immaturité et d’erreurs de jeunesse… « ET ALORS ! »

D’ailleurs, SI, en conséquence de la lecture de ce témoignage, les gens qui sont censés êtres mes amis devaient choisir de s’éloigner de moi, eh bien cela voudrait toute bonnement dire que ce ne sont PAS de véritables amis, seulement des hypocrites plus intéressés par les apparences et un simulacre d’amitié que par la sincérité, l’honnêteté et la véritable affection. Franchement, qu’aurais-je à faire de perdre ce genre « d’amis » ?

La vérité c’est que nous avons bien moins à craindre d’eux qu’ils n’en n’ont de nous.
C’est évident sinon – ils ne se sentiraient pas obligé d’aller si loin.

Voilà le point d’orgue : il est maintenant tellement certain d’avoir instillé en moi la peur de mes propres amis que lui et moi se voient miraculeusement transformés en « NOUS » ! Technique de manipulation subtile… prenez note, lecteurs, c’est un exemple typique de raisonnement et manœuvre pathologiques.

L’idée que je ne veuille plus le voir, ni entendre sa voix, ni lire ses conneries, ni penser à lui, etc. lui semble impossible ! Impensable ! Seule une secte superpuissante dotée de méthodes de contrôle de pointe auraient pu m’inciter à me dresser contre lui !

C’est dommage que tu te retrouves embrigadé dans ce merdier, tu ne méritais pas cela.

Pauvre de moi… J’aurais pu vivre avec lui, sa perversité et sa rage destructrice à tout jamais…

Après m’avoir diffamée, insultée (« p… », « tu ne tiendras pas trois jours sans moi », « tu es encore pire que quand je t’ai rencontrée ») voilà qu’il me dit que « je ne méritais pas cela ».

Modus Operandi typiquement psychopathique : quand les paroles ne correspondent pas aux actes, quand ils vous embrouillent l’esprit à vous rendre chèvre avec leurs déclarations contradictoires et leur comportement lunatique – un jour très charmant et gentil, le lendemain vous traitant comme une merde et feignant l’étonnement lorsque vous réagissez mal ou demandez des explications.

Une fois il ne vint pas pendant trois jours, et il dormait profondément sur le lit quand elle revint au milieu de la matinée. “Où étais-tu passé ?” pleura-t-elle. “J’étais si inquiète. Où étais-tu ?”
Il eut l’air agacé comme il se réveillait. “Ne me demande jamais ça,” répliqua-t-il, “Pas avec moi.”
“Quoi ?”
“Où je vais, ce que je fais, avec qui je le fais, ça ne te regarde pas, Elsa. Ne pose pas de questions.”
Il était comme une autre personne. Puis il sembla alors reprendre ses esprits, chassa les dernières bribes de sommeil et s’approcha d’elle. “Je sais que cela te fait mal,”, dit-il de sa douce manière habituelle, “mais je vois la jalousie comme une grippe, et tu devrais attendre que ça passe. Et elle passera chérie, elle passera”. Comme une maman chat léchant son chaton, il ramena sa confiance en la cajolant.

Robert Hare, Ce charmant psychopathe

Et je parle pas des enfants.

Mais ceci sera évité…
Il n’y a plus qu’à attendre quelques semaines.
Comme je l’ai déjà dit, tu n’as qu’à suivre l’actualité.

Si tu comptes vraiment des amis dans le groupe, dis leur de prendre la poudre d’escampette et de se protéger avec quelques documents.

Il se pourrait que ce soit spectaculaire… EPIC FAIL.

Apparemment, je suis censée rapporter ça à mes amis pour les faire trembler de peur.

Et puis quel « groupe », d’abord ? De quoi il parle, CONCRÈTEMENT ? Perso, je connais un forum dont je suis membre. J’ai proposé de faire des traductions pour Sott et Pilule Rouge parce que cela me PLAîT. Il se trouve que, sur SOTT et le forum, j’ai un groupe (mince, encore ce mot suspect, conspirationniste… « tu as quoi ? “un groupe” * frissons, enfer et damnation, appelez la Miviludes !* ») d’amis que, parce qu’ils m’ont soutenue dans ma décision d’en finir avec cette caricature de relation, il s’est mis en tête de détruire. C’est de ça qu’il parle ?

Son utilisation du terme « groupe » – sans donner le moindre nom ou signe indiquant qu’il parle d’individus, de personnes réelles, en chair et en os – sert non seulement à le protéger de poursuites en diffamation, mais aussi à déshumaniser / objectifier Laura et sa famille (puisque, bien sûr, ce sont ces personnes qu’il vise, avant tout). En se référant à eux comme « le groupe », il veut donner à son « public » l’image de quelque entité vague, menaçante et tentaculaire opérant et contrôlant ses adeptes-robotisés depuis quelque QG obscur (voire quelque base souterraine ?).

Parler de ces personnes comme du « groupe » (euphémisme pour « secte ») sans jamais les citer incite le lecteur non averti à les voir comme non humaines – donc comme incapables de souffrir, de ressentir des émotions, de la peine ou de la douleur – et à les voir seulement comme une obscure entité menaçante dont le seul but est de « contrôler » et « asservir autrui ». À quelles fins ? Bof, on sait pas. « Ils » n’ont pas d’argent (si près de 6 mois (!) d’enquête par le SRPJ ne suffisent pas à s’en rendre compte, une petite écoute téléphonique avec enregistrement de leurs conversations croustillantes avec le boucher ou les voisins fera peut-être l’affaire ?), « ils » donnent des cours EE à un prix tellement bas que c’en est ridicule, « ils » mettent à disposition de tous ceux que ça intéresse un tas d’articles (dont des version en ligne d’ouvrages de LKJ) et d’analyses gratuitement sur leurs sites et leur forum, « ils » travaillent comme des dingues. Peut-être que, dans l’esprit de Jean, « ils » sont en fait des démons qui aspirent les âmes ? Ca peut paraître affligeant, mais on n’en est pas loin. Réminiscences de l’Inquisition… En bon croisé qu’Il est, Jean les imagine probablement en train de brûler sur le bûcher tandis que je lève les yeux vers lui avec adoration :

Regarde simplement, comment un homme seul peut mettre en déroute toute une clique d’imposteurs. Si tu vois cela tu verras directement et sans  interférence où est le bon.

Amen. Montre moi « le bon », Saint Jean. Guide nous vers la lumiere.

Et euh, oui, par un « homme seul », il veut dire lui !

Et c’est le meme zozo qui accuse les autres d’être des gourous mégalomanes. On ne sait plus si on doit rire ou pleurer.

Tu as un choix à faire, et c’est le plus important de toute ta vie.

Mode gourou on again.

Comme si je n’avais pas déjà fait ce choix en lui disant de partir ?

Ce ton mélodramatique et pompeux est censé me faire trembler de peur moi aussi, j’imagine. On n’est pas loin de l’ambiance à la Star Wars. Oups, attendez, d’ailleurs, il croit que Laura est Dark Vador !

Voilà ce qu’il a un jour écrit dans le feu thread sur GLP :

Selon notre vision, la transformation tient plus de celle d’Anakin Skywalker en Dark Vador. Leur analyse de la vie a été retravaillée depuis une personnalité borderline qui est tombée dans le fanatisme.

Si quelqu’un veut tenter un décryptage, je propose de mettre ce morceau de choix dans le formol, de l’envoyer à un laboratoire médico-légal et de poster les résultats de l’analyse en commentaire de cet article.

Ne te noie pas dans trop d’informations, d’intellectualisation ou de rationalisation.

Il est clair que Jean supporte mal que je me sois informée (principalement sur la psychopathie, le narcissisme et autre troubles pathologiques… comme c’est bizarre).

Mais bref, puisque je suis censée etre contrôlée par « la secte », je n’ai donc plus aucune volonté ni capacité de réflexion propres, non ? Donc comment pourrais-je être capable d’intellectualiser, de raisonner, et de me « noyer dans trop d’informations » ? Je suis censée suivre les ordres et obéir aveuglément via les menaces et la coercition, non ?

Alors décide toi, « Saint Jean ». Je suis victime de contrôle mental, ou je réfléchis trop ? Hmmm, attendez, en fait le truc c’est qu’ils doivent me programmer mentalement à trop réfléchir.

C’est juste la question de comment maintenant tu as le pouvoir d’aider les autres.
Directement, sans passer par la volonté d’un tiers.

C’est pas faux – mais pas de la façon qu’il imagine.

Accepte l’idée que tu as ce pouvoir.
Personne ne l’as jamais eu autant que toi, décide seule.

J’imagine qu’il est en train de dire que j’ai le pouvoir de le rejoindre en déclarant que Laura dirige une secte qui m’a programmée mentalement.

Ce qui à la fin revient à se soumettre à SON « pouvoir » À LUI.

(Ton grandiloquent) : « Si tu ne penses pas, ne ressens pas, ne dis pas la meme chose que moi, ça signifie que tu as été programmée, et je vais te détruire parce que tu es du Coté Obscur ».

Attendez, j’ai déjà vu ça quelque part. * Bâillement.*

Il est tout bonnement inconcevable que des personnes comme Jean – qui est manifestement perturbé, si on se fonde sur son obsession pour… bah, pour à près tout ce qui le fait « disjoncter »… la dernière lubie en date étant que Laura et sa famille son une « secte » – ait le moindre soutien des autorités pour commettre des agissement dépourvus de toute décence, sens moral ou éthique.

Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>